Commentaires des participants au dernier voyage à Istanbul

Istanbul, « you put the spell on me ». Ville ensorcelante, aux richesses infinies, subtiles, enfouies derrière chaque mosaïque, chaque pierre, chaque monument. L’enchantement commence déjà à l’arrivée en sortant de l’aéroport Atatürk, l’aimable chauffeur de bus nous offre de l’eau de rose en guise de bienvenue, annonçant les belles couleurs de notre voyage découverte. La brise marine rafraichit l’atmosphère en cette soirée et procure un sentiment de bien être et de sérénité. Ainsi les rêves commencent, sur cette terre d’histoire, de civilisations multiples, de gloire et de grandeur, de Sultans conquéreurs, et de palais féeriques, de convivialité et d’accueil chaleureux. Les journées commencent très top sous un ciel bleu ensoleillé. Je me retrouve à la croisée des civilisations, à travers les visites de Mosquées et Monuments en passant par Aya Sophia, Mosquée Suleymaniye, Mosquée Sultanahmet et la Citerne Basilique « yerebatan Sarnici ». La place Taksim, la Tour Galata, Uskudar Kuzguncuk, le café Pierre Loti, le Cimetière d’Eyup, le musée Miniaturk, la Tour Sapphire à Levent. Mais Le plus beau cadeau de ce voyage, fut le Palais DolmaBahce, que je n’ai pas pu visiter en 2010. La promenade commence en longeant les bordures de rosiers, emportée par les senteurs enivrantes de roses musquées rouge, jaunes, mauves et blanches, les bassins d’eau fleuris de nénuphars ou les oiseaux viennent s’abreuver en ces journées chaudes. Avec des étoiles plein les yeux, je franchis la somptueuse porte du Palais Imperial a la décoration baroque-néoclassique et d’art Ottoman. Ce Palais possède la plus grande collection au monde de lustres en cristal de Bohème et baccarat. L’impatience s’accroit en entamant le premier salon, plaisir des yeux accrochés aux fresques murales, vases en porcelaine, et surtout le plus grand tableau du Palais, une fresque qui représente « la Procession Surre’. La visite continue avec un sympathique guide qui se soucie de donner le plus grand nombre d’explications en diverses langues, en passant par le Salon Bleu, Rouge, salle de réception, la Bibliothèque qui comporte de magnifiques reliures et objets personnels. Le suspens s’accroit quand le guide nous annonce une grande surprise qui fut le grand somptueux salon de Cérémonie ou un immense lustre en cristal de Bohème de 32m de haut s’impose magistralement au milieu de ce décor éblouissant et de balcons. Toutefois, il faut arriver plus tôt que 15.00 pour bénéficier de la visite combinée guidée du Selamlik et Haremlik. Apres les longues journées de visites, la pause café oblige, mais plus précisément à l’Edebiyat Kiraathanesi ou nous emmène Bahattin, plaisir du palais et des yeux. Ici, le visiteur trouve repos après sune longue promenade dans Sultanahmet ou le Grand Bazar, en appréciant l’atmosphère chaleureuse et confortable, mais que choisir de ce catalogue de douceurs ? : « Très difficile, mais je conseille ceci : il faut gouter a tout »…. et y revenir presque tous les jours pour savourer ces mets délicieux. Quand aux loukoums, une seule et unique adresse, conseillée par Seval et Bahattin, « Malatya Pazari » dans le Grand Bazar, depuis ma dernière visite en 2010, le choix, et les variétés et les gouts s’inventent mais la pistache et surtout la grenade restent reines. Au bord du Bosphore, toutes les infrastructures sont mises à disposition des visiteurs, un bateau fait des allers-retours vers la tour « kiz Kulesi », la Tour de la Jeune Fille, au sommet une vue imprenable sur le Bosphore. Apres une magnifique croisière, des restaurants au long du Pont Galata présentent de délicieuses recettes de poisson tout en profitant de la vue sur le Bosphore. Mais la grande surprise culinaire du voyage fut ce beau « défilé de plats » comme l’a bien décrit notre guide Seval, soigneusement mijotés dans le fameux restaurant Haskral, « à ne pas manquer ». Afin de se sentir plus proche de la nature, rêver et contempler le magnifique coucher de soleil et la vue panoramique de toute la ville, le Bosphore et la mer de Marmara, nos guides, Seval et Bahattin nous emmènent à Buyuk Camlica, à hauteur de 267m au dessus de la mer, dans la partie Asiatique, une région qui regorge d’histoire de la période Ottomane, ou fut jadis, le dressage d’oiseaux a proie et la luxuriante nature très connue de par ses arbres de pins. Ici encore des terrasses et cafés traditionnels et tables basses en cuivre au milieu de cette belle nature offrent de délicieux plats locaux. Et pour conclure ce magnifique voyage mais trop court, notre guide a tenu a mettre sa touche finale en nous offrant le déjeuner dans un des restaurants du Parc Florya, immense étendue de verdure et de dessins fleuris joignant la mer à la terre. Là encore, le rêve continue mais avec un air de mélancolie et de tristesse car le bruit des avions nous survolant annonce la fin du séjour, la fin de ce beau rêve et le départ vers l’Aéroport. A bientôt cher pays, a bientôt Istanbul et prochainement d’autres villes…. · Une tendre attention et un spécial remerciement du fond du cœur, pour la très gentille famille qui nous a accueillis dans sa très belle demeure, je n’oublierai jamais ce diner, et cette soirée ou j’ai senti une profonde appartenance aux coutumes et traditions, entourée de l’affection des charmants enfants et aussi les voisins, souhaitant pouvoir les accueillir à Bruxelles. Asma Ma première expérience à Istanbul D’abord, je tiens à remercier l’association Beltud et tout spécialement sa présidente, Seval Kayman et aussi son collègue Bahattin, sans qui ce voyage n’aurait pas eu lieu. En dehors de ces deux guides, nous étions neuf à participer à ce voyage. Onze personnes, huit nationalités et plusieurs religions mais une entente parfaite et de nombreux fous rires! J’ai découvert une ville merveilleuse, gigantesque, habitée par des gens très sympathiques. Une ville très verte, bien arborée. Bien sûr il y eut la visite des monuments classiques, majestueux, mais aussi les petits restaurants typiques et, si je dois parler d’un souvenir inoubliable (un seul, sinon je remplirais au moins dix pages !), je parlerai de l’accueil plus que chaleureux d’une famille qui nous a invités pour le repas du soir. Nous avons été reçus comme des parents qu’ils connaissaient depuis toujours. Très prévenants. Nous avons eu l’opportunité de discuter avec eux des sujets les plus variés, Seval et Bahattin nous servant d’interprètes. Ce fut une véritable soirée d’échanges. Je pourrais encore parler durant des heures de ce voyage inoubliable mais je me contenterai de conclure par ceci : j’y retournerai un jour. Anne A bientôt Istanbul! Encore un grand merci d'avoir guidé nos pas dans Istanbul, pour nous en faire apprécier les mille et un aspects que nous aurions été probablement bien en mal de percevoir aussi finement par nos propres moyens. Entre Europe et Asie, passé et avenir, terre et mer, religion et laïcité, ce séjour fut l'occasion d'une merveilleuse et très enrichissante découverte culturelle. Vivre le Bosphore et Istanbul comme nous les avons vécus en vos compagnie relève véritablement de la chance. Nul doute que sans vous nous serions passés à côté de quantité de choses sans le savoir ni même nous en inquiéter. Mieux encore, c'est à travers votre grande culture, vos applications à faire vivre et à partager votre amour de l'histoire que toute une ville prenait subitement un sens où passé et présent se rencontraient pour faire un Tout, passionnant. Mention aussi spéciale pour tous les endroits soigneusement choisis et le repas chez la famille turque créant des moments savoureux qui resteront dans ma mémoire longtemps. C'est un sentiment étrange mais lorsque vous êtes à Istanbul on ressent quelque chose de spécial. On sent que l’endroit dégage une force spirituelle. C’est difficile à expliquer avec des mots. Il y a des endroits sur la Terre où l’âme se sent un peu plus apaisée Merci donc, encore et encore, de nous avoir donné cette chance !! Longue vie à Istanbul Insolite et surtout, à bientôt ! Gihane L'hospitalité turque Ce premier voyage en Turquie m'a permis d'apprécier le sens de l'accueil et de l'hospitalité de ses habitants. Et bien qu'Istanbul soit une ville toujours animée, je ne m'y suis jamais sentie en insécurité. J'ai aussi découvert un pays qui a su préserver ses valeurs, une qualité de vie, une forme de sérénité, en un mot, un pays où il fait bon vivre. Cette première approche m'a donné envie de retourner dans ce vaste pays aux richesses innombrables, tant culturelles, naturelles que gastronomiques Martine