Le Bourgmestre de Schaerbeek reçu par une famille turque pour un dîner de rupture de jeûne

Le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt qui est à ce poste depuis plus d’une décennie a été invité chez une famille turque pour un repas de rupture du jeûne. Lors de la soirée organisée par l’Association de l’Amitié Belgo-turque (Beltud), beaucoup de sujets ont été abordés dans l’atmosphère chaleureuse de la maison familiale Sönmez, notamment la communauté turque de Schaerbeek, le mois du Ramadan et la rupture du jeûne, les problèmes d’intégration, l’équilibre politique, la vie familiale et professionnelle du bourgmestre. Clerfayt a mentionné qu’il avait été invité maintes fois à des repas de rupture du jeûne au sein de différentes organisations mais que le repas chez une famille est beaucoup plus différent, amical et chaleureux. Le mois du Ramadan qui correspond aux mois de vacances scolaires cette année est un peu plus calme mais cela n’empêche pas de vivre de nouvelles expériences. Ainsi, c’est la première fois que le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt a l’occasion d’être l’invité d’une famille turque. Proche de la communauté turque et déjà invité plusieurs fois par ceux-ci, Clerfayt a profité du projet de l’art du vivre-ensemble organisé par Beltud et du moi du Ramadan pour renforcer l’amitié belgo-turque lors d’un repas chez la famille Sönmez. La présidente de Beltud Seval Kayman et le bénévole Şahin Utku ont aussi participé au repas préparé par Cevriye Sönmez, riche de plusieurs spécialités de la cuisine anatolienne, dont la soupe aux lentilles, des aubergines farcies, du sauté d’agneau, des feuilles de vigne fourrées et bien d’autres délicieux plats. Clerfayt, qui a goûté chaque plat, était visiblement familier avec la cuisine d’Anatolie. Clerfayt a mentionné qu’il part chaque année au festival des immigrés à Emirdağ, en Turquie. Il souriait en expliquant les réactions des Schaerbeekois originaires d’Emirdağ qui lui proposent amicalement un thé dès qu’ils le voient. ‘Je suis très bien accueilli partout malgré que je ne connaisse que 30 mots de turc.’ Mais il a montré qu’il en apprenait plus chaque année en saluant ses ‘frères d’Emirdağ’ dans une phrase de bon turc qu’il connait par cœur. Clerfayt a remarqué que les villages d’Emirdağ sont pratiquement photocopiés en Belgique avec l’immigration : ‘Les familles d’un même village viennent s’installer dans le même quartier et ceux de villages différents emménagent dans leur quartier respectif. Au goût du traditionnel thé turc, Clerfayt a souligné que tout le monde a les mêmes problèmes, notamment le parking, la sécurité, l’éducation et la drogue. La soirée ponctuée de rires et de conversations animées s’est égayée davantage en apprenant que la maison de la famille Sönmez appartenant auparavant à Roger Nols, l’ancien bourgmestre et le concurrent politique de Clerfayt. Le fils aîné de la famille a néanmoins surpris Clerfayt en annonçant qu’il ne voterait pas pour lui, mais cet instant de surprise ne dura pas longtemps, quand il a rajouté que c’est parce qu’il vit à Forest. La soirée qui a continué avec la succession de thé turc, pâtisseries et plats de fruit s’est prolongée jusqu'au milieu de la nuit est s’est terminée sur les remerciements de Clerfayt à Mme Cevriye. Clerfayt qui avait offert un guide de Schaerbeek à la famille Sönmez a été réinvité pour un barbecue ainsi que dans leur maison à Antalya.